jeudi 15 juin 2017

La Faucheuse, Neal Shusterman

Résumé :

MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu'en étant tué aléatoirement ("glané") par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu'ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l'art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité.
Mais seul l'un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu'il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l'un contre l'autre bien malgré eux...


Avis :

Dans un futur pas si lointain, la maladie et la mort n’existent plus, les gens peuvent rajeunir et vivre éternellement. Dans un tel contexte, pour que la population reste adaptée au niveau de ressources, il faut tuer des gens, aléatoirement et selon des quotas. Cette tâche est exécutée par les Faucheurs, des professionnels de la mort. Citra et Rowan, qui n’ont aucune envie d’exercer ce métier, sont sélectionnés pour y être formés et deviennent les apprentis de l’honorable Maître Faraday.


L’univers du roman happe tout de suite le lecteur, plongé dans ce futur idéal, dirigé par une intelligence artificielle bienveillante. La mort, la maladie, la délinquance et les crimes n’existent plus, les gens vivent en harmonie. Seul bémol, les Faucheurs, dont la lourde tâche est de réguler la population en « glanant » (comprenez, en tuant) au hasard. Craints et respectés, ils portent leur fardeau en solitaires. Citra et Rowan vont pénétrer dans ce monde auprès d’un Faucheur respectable à l’éthique irréprochable. Mais l’humain étant ce qu’il est, certains Faucheurs abusent de leurs prérogatives et y prennent un plaisir sadique. Le lecteur va découvrir cette communauté sur laquelle nul n’a de prise et dans laquelle on retrouve tous les travers de l’homme, pourtant éradiqués dans le reste du monde. Complots, soif de pouvoir, goût pour le meurtre, le lecteur suit en parallèle l’enseignement ascétique dispensé par Maître Faraday et les excès commis par d’autres. Mais le roman ne s’arrête pas là, Neal Shusterman réserve de nombreuses surprises et prend le lecteur de court à plusieurs reprises. Alors que l’intrigue semblait clairement définie, l’auteur nous coupe l’herbe sous le pied et nous prouve que rien n’est écrit d’avance. Ces retournements de situations sont les bienvenus, le roman gagnant ainsi en profondeur et en intérêt. La Faucheuse s’impose ainsi comme l’un des meilleurs roman young adult lus cette année et de loin, je vous le recommande vivement.

4 commentaires:

  1. Honnêtement, j'ai été agréablement surprise avec ce roman. J'ai aimé l'intrigue originale avec "les" morts et leur(s) apprenti(s) (avec Pratchett notamment) mais j'ai été happée et j'ai hâte de connaitre la suite.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais croisé sur le roman sur le net, la couverture et le titre m'ont directement donné envie, et voila un avis qui me tente encore plus! Si c'est pas beau tout ça ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu aimeras si tu le lis ^^

      Supprimer