jeudi 6 juillet 2017

Another story of bad boys, Mathilde Aloha

Résumé :

Liliana Wilson ne pensait pas qu’en intégrant la célèbre université de Los Angeles pour étudier le journalisme, sa vie allait autant changer.
L’absence de sa meilleure amie Rosie, plongée dans un coma dont elle ne se réveillera peut-être jamais, la faisait bien trop souffrir. Accablée par le chagrin et une forte culpabilité, elle avait décidé de prendre des distances avec son passé. Mais c’était sans compter sur le retour du dangereux Jace…
Elle voyait son avenir déjà tout tracé : obtenir d'ici quelques années son diplôme, puis parcourir le monde. Mais sa rencontre avec ses nouveaux colocataires, Evan et Cameron, vient bouleverser ses plans. Si le premier est le frère protecteur qu’elle n’a jamais eu, le second, non seulement méfiant et froid, se montre particulièrement infect à son égard.
Lorsqu’elle découvre que ces deux-là, pourtant amis, rentrent régulièrement couverts de bleus et de blessures, elle s’interroge : jalousies masculines ? Sombre histoire de bad boys ? Que faire alors que la jeune femme se sent irrémédiablement attirée par l’un des deux, elle qui s’était pourtant jurée de faire passer son cœur bien après ses études ? Entre l’amour interdit qu’elle ressent et son passé qui la rattrape, Liliana en aura-t-elle jamais fini avec les drames de la vie ?


Avis :

Lili entre à a fac à UCLA. Au moment de prendre possession de sa chambre en colocation, ô surprise, Marcel Béliveau sort de ta cachette (blague de vieux, désolée), on l’a confondue avec le dossier d’un garçon (bien sûr, la bourde est vraiment trop grosse, ça sent la marmotte et le papier d’alu) et la voilà devenue l’heureuse coloc de Cam, le bad boy, et Evan, le gentil, tout aussi surpris de voir une fille débouler dans leur tanière. Comme le titre du roman l’indique, Lili va être attirée par le trop-pas-gentil-mais-trop-beau-et-mystérieux-mauvais-garçon, Cam.

Ok, il va falloir qu’on se mette d’accord rapidement. Ce qui a du succès sur Wattpad n’est pas forcément destiné à sortir en librairie, bordel ! Ça fait plaisir à l’auteur, à sa famille et à ses copines, mais ça fait du mal à la littérature, et c’est pas bien. Another story of bad boys est l’exemple type de ces romans pompés allègrement sur les romances américaines célèbres, des bouquins Canada dry qui ont l’odeur d’une romance US, le look d’une romance US, mais qui ont le goût du cliché et non de l’authenticité. Parce que des clichés, on en trouve à la pelle, certains agaçants, d’autres plus inquiétants, sur les rapports hommes/femmes et ce qu’est une fille « bien » par exemple. Quand on voit que l’auteur n’a pas vingt ans, ça fait un peu flipper, le féminisme a encore du chemin à faire. Si quelqu’un peut expliquer à l’auteur que s’habiller sexy, coucher le premier soir et autres joyeusetés ne font pas d’une fille une pute ni une salope hein. En revanche, une fille « bien » (et donc pas trop jolie. Les belles sont dans l’autre catégorie) qui ne sait pas ce qu’elle veut et minaude pour rendre son mec jaloux, c’est une geignarde allumeuse et ce n’est pas très glorieux, mieux vaut s’assumer. Bref, les personnages sont creux et sans saveur, la romance emprunte des chemins tortueux, mais sans grand intérêt, le roman aurait pu être allégé de moitié, on aurait gagné du temps et évité de gros WTF parce que non, quand deux personnes s’aiment il n’y a pas forcément 30 000 péripéties et embûches qui jalonnent leur chemin. Non. La vraie vie ça peut être compliqué, l’amour c’est rarement simple, mais faut pas pousser le bouchon trop loin, Maurice ! Pour couronner le tout, l’écriture est simple, basique, sans grand intérêt non plus. À vrai dire, le seul intérêt de ce roman est sûrement pour l’éditeur qui doit y trouver un intérêt financier. Pour le reste, je ne vois pas. Mais maintenant, je vais attentivement regarder les couvertures des bouquins et fuir loin, très loin, dès que je verrai qu’il y est fait mention de Wattpad.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire