Accéder au contenu principal

Sélection

High Voltage, Karen Marie Moning

Résumé :
There is no action without consequence. Dani O’Malley was nine years old when the delusional, sadistic Rowena transformed her into a ruthless killer. Years later, Dani is tough and hardened, yet achingly vulnerable and fiercely compassionate, living alone by her own exacting code. Despite the scars on her body, and driven by deeper ones carved into her soul, no one is more committed to protecting Dublin. By day she ensures the safety of those she rescues, by night she hunts evil, dispensing justice swiftly and without mercy, determined to give to those she cares for the peace she has never known.
There is no power without price. When the Faerie Queen used the dangerously powerful Song of Making to heal the world from the damage done by the Hoar Frost King, catastrophic magic seeped deep into the earth, giving rise to horrifying, unforeseen consequences—and now deadly enemies plot in the darkness, preparing to enslave the human race and unleash an ancient reign of Hell on Earth.
Th…

Avis - Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une, Raphaëlle Giordano

Résumé :

- " Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë.
- Une quoi ? "
Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce et repart à la conquête de ses rêves...


Avis :

Avec un titre et une couverture pareils, je m’attendais à un petit roman feel good bien sympa, duquel je ressortirais le sourire aux lèvres. Je n’avais absolument pas compris qu’il s’agit en fait d’un bouquin de développement personnel camouflé.
Le développement personnel et moi ça fait deux, je n’aurais clairement pas lu, ni même ouvert ce livre si j’avais su de quoi il retournait. Je n’ai rien contre, mais fondamentalement rien pour non plus et, même sous la forme d’un « roman », je n’y ai pas trouvé mon compte.
À vrai dire, je n’ai pas aimé du tout pour être honnête, que ce soit la plume fade et plate de l’auteur, l’héroïne tout aussi insipide ou le fond qui sent le déjà vu. Raphaëlle Giordano veut nous faire croire que lorsque l’on veut, on peut, et je suis réfractaire à cette simple idée. Le nombre de personnes qui veulent atteindre un but et mettent tout ce qui est en leur pouvoir pour y arriver mais échouent aimeraient sans doute que ce soit si simple dans la vraie vie. Le livre est truffé de lieux communs et concepts à la mode dont on entend parler depuis des années, comme s’il existait un remède miracle pour trouver le bonheur. Autre point, j’ai détesté lire la satisfaction du personnage principal féminin à être courtisée dans la rue plusieurs fois par jour ; vu le contexte ce genre de propos fait tâche, mais l’auteur ne maîtrise pas le timing me direz-vous. Après, soyons positifs, certains conseils sont juste du bon sens et peut-être que certains ont besoin de les relire mais, franchement, vous trouverez les mêmes dans Biba ou Glamour, avec de l’humour en prime.



Commentaires

  1. C'est bien ce que je pensais que c'etait un roman de devellopement personnel et c'est donc pas pour moi non plus.
    Merci de cette chronique
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire