jeudi 1 février 2018

Kate Daniels T8 - Magic Shifts, Ilona Andrews

Résumé :

After breaking from life with the Pack, mercenary Kate Daniels and her mate—former Beast Lord Curran Lennart—are adjusting to a very different pace. While they’re thrilled to escape all the infighting, Curran misses the constant challenges of leading the shapeshifters.
So when the Pack offers him its stake in the Mercenary Guild, Curran seizes the opportunity—too bad the Guild wants nothing to do with him and Kate. Luckily, as a veteran merc, Kate can take over any of the Guild’s unfinished jobs in order to bring in money and build their reputation. But what Kate and Curran don’t realize is that the odd jobs they’ve been working are all connected.
An ancient enemy has arisen, and Kate and Curran are the only ones who can stop it—before it takes their city apart piece by piece…


Avis :

Avec la fin d’un arc narratif dans le septième tome, j’avais un peu peur de ne pas aimer la nouvelle direction empruntée par Ilona Andrews, ce pourquoi j’ai traîné pour lire la suite. Femme de peu de foi que je suis… J’ai dévoré ce nouvel opus telle une puce goulue sur le dos d’un chat (la métaphore pourrie c’est pour moi, c’est cadeau).

Kate, Curran et quelques autres ont quitté la meute et essayent de s’adapter à cette nouvelle vie, tandis que, dans le même temps, un membre de la guilde, membre du clan lourd de surcroît, disparaît. Il n’en faut pas plus pour venir troubler la sérénité de nos héros qui vont partir à sa recherche.

Ilona Andrews explore ici une nouvelle mythologie dont je ne suis habituellement pas très friande, mais qui, pour une fois, m’a intéressée. En parallèle nous ne quittons pas vraiment la Meute puisque les intérêts des différents protagonistes continuent de se croiser. Le lecteur devine en filigrane les difficultés rencontrées par Jim, le nouveau Seigneur des Bêtes et cet aspect politique sera sûrement davantage développé encore dans les prochains livres. La relation entre Kate et Roland évolue aussi et prend une tournure plus adoucie, moins dans l’affrontement, ce qui est assez étonnant, même si on en comprend la raison à la fin. C’est intéressant de découvrir le bâtisseur de tours sous un jour plus émotionnel, je me demande comment tout cela va se terminer…

Encore une fois, cette aventure de Kate Daniels fut un régal et donne toujours envie de découvrir la suite.

2 commentaires:

  1. Oh oui, femme de peu de foi !
    J'ai lu récemment la nouvelle sur Jim et Dali, c'était sympa mais un peu frustrant, on apprenais pas grand chose. J'aimerais bien que les auteurs fassent un tome complet sur sa prise de pouvoir et ses nouvelles fonctions maintenant.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je suis pas une grande fan de Jim à vrai dire, heureusement qu'il est avec Dali, ça le fait remonter dans mon estime !

      Effacer