mercredi 21 février 2018

Le passage, Justin Cronin

Résumé :

Années 2010. Dans le Tennessee, Amy, une enfant abandonnée de six ans est recueillie dans un couvent... Dans la jungle bolivienne, l'armée américaine recherche les membres d'une expédition atteints d'un mystérieux virus... Au Texas, deux agents du FBI persuadent un condamné à mort de contribuer à une expérience scientifique gouvernementale. Lui et les autres condamnés à la peine capitale participant au projet mutent et développent une force physique extraordinaire. Les deux agents du FBI sont alors chargés d'enlever une enfant, Amy. Peu après que le virus a été inoculé à cette dernière, les mutants attaquent le centre de recherches. Près d'un siècle plus tard. Une communauté a survécu à l'apocalypse causée par l'attaque des viruls, ainsi qu'ont été baptisés les mutants. Une adolescente la rejoint bientôt. Une puce électronique implantée sous sa peau révèle qu'il s'agit d'Amy, âgée désormais de plus de cent ans mais qui en paraît à peine quatorze... L'aventure ne fait que commencer.


Avis :

J’ai tenté de lire ce roman au moins 5 fois avant de réussir à réellement me plonger dedans, mais ça valait la peine, ce livre m’a complètement emportée.

L’histoire commence avant l’apocalypse, nous faisant découvrir plusieurs personnages qui n’ont rien à voir entre eux, comme une gamine orpheline, des militaires et des scientifiques dans la jungle ou des prisonniers dans le couloir de la mort. Sauf que, vous vous en doutez, il va bien y avoir quelque chose qui les relie à un moment. Cette chose c’est l’apocalypse (non, pas zombie – ouais, vous êtes déçus, je sais, ça m’a fait pareil) qui va décimer une bonne partie de l’humanité et la remplacer par des mutants. Et comme tout roman post-apo, les derniers humains n’ont qu’une envie : survivre.

Ce roman est vraiment très sympa, même s’il faut réussir à dépasser les 300 pages de mise en place. Je vous entends – déjà, quoi 300 pages ?! Mais c’est tout le bouquin !! – mais que nenni, Le passage fait plus de 1 200 pages, il y a de quoi faire après l’introduction. D’ailleurs, cette longueur est un des atouts du roman, puisque Justin Cronin prend le temps de développer son intrigue et la psychologie de ses personnages, et de tisser sa toile lentement. Mais c’est aussi un défaut si vous êtes un lecteur impatient (comme moi), car vous allez souvent ronger votre frein et trépigner d’envie de voir les choses avancer. C’est à mon avis le seul bémol de ce livre, ce manque de rythme et de dynamisme, sinon l’auteur a tout bon. L’intrigue est bien menée et originale, la psychologie des personnages fouillée et, pour une fois, le lecteur connaît les causes de la fin du monde, c’est intéressant d’avoir cette double analyse causes / conséquences pour éclairer l’histoire. Alors, même si j’aurais aimé raccourcir un peu ce premier tome, je me laisserai volontiers tenter par la suite car Justin Cronin a su titiller ma curiosité.


6 commentaires:

  1. Je suis contente que ce livre t'ait enfin emmenée :) J'ai découvert le premier tome en lecture commune donc je n'ai pas ressenti les effets des passages longs. J'ai adoré la suite... et rare pour une trilogie, c'est le deuxième tome que j'ai trouvé le plus fort !

    RépondreEffacer
  2. Il était dans le haut de ma wishlist à un moment, et puis je sais pas pourquoi, avec le temps il a lentement déscendu les étages...

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Essaye de le remonter, il vaut le coup :)

      Effacer
  3. Il est tentant! Mais effectivement le plus dur sera de se lancer XD

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le pavé peut faire peur, mais ça se lit bien ;)

      Effacer