mardi 3 avril 2018

La fille du roi du marais, Karen Dionne

Résumé :

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?
Car Helena a un secret : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.
Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.


Avis :

La fille du roi du marais plonge le lecteur dans un thriller glauque, dont le narrateur est la fille du tueur en série. Helena est née du viol de sa mère par son kidnappeur, le roi du marais. Élevée pendant 12 ans par ce père aimant à sa façon, selon des préceptes très particuliers qui la rapprochent davantage de l’enfant sauvage que d’une fillette lambda, elle finira par s’évader avec sa mère et découvrir la civilisation et finir par enfouir ces souvenirs au fond de sa mémoire. Quand Helena apprend que son père s’est évadé de prison, elle en est sûre : il vient pour elle.

Le roman est construit avec une alternance entre passé et présent, entrecoupée d’extraits du conte d’Andersen, La fille du roi de la vase. Cette construction permet de découvrir qui est vraiment Helena et ce qu’elle a enduré, ainsi que le chemin parcouru pour se reconstruire. Dans cette ultime traque, Helena refuse d’être une nouvelle fois la victime et part en quête de son géniteur, à la chasse, pour mettre un point final à leur relation. La tension monte au fil des pages et plus on en apprend sur la relation père / fille plus l’issue semble incertaine. Le lecteur est le témoin silencieux du formatage dont fut victime la petite fille et des terribles répercussions sur sa vie d’adulte. Ce thriller psychologique parle de modèle parental, de construction de l’enfant et de résilience avec beaucoup de justesse et d’émotion, et continue à hanter le lecteur, même une fois refermé.

1 commentaire: