mercredi 9 mai 2018

Le Putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer, Anneliese Mackintosh


Résumé :

Ottila a décidé d’être heureuse et ça va faire mal.

Ottila a un problème. Enfin, elle en a un paquet. D’abord elle est alcoolique. Son père est mort pendant qu’elle se complaisait dans une éternelle gueule de bois. Sa sœur a été internée. Sa mère est en train de craquer. Et ses amis la tirent vers le bas. Sauf Thalès, le type le plus sain qu’elle ait jamais rencontré. Thalès donne envie à Ottila de devenir meilleure. Alors elle décide de faire un doigt à son «contexte» pourri et vole Le Petit Livre du bonheur à la bibliothèque. Puis elle entreprend de le scrapbooker sauvagement : mails, SMS, transcriptions de séances de thérapie, dessins… tout y passe. Le résultat : un roman insolite, contagieux, qui vous fera autant rire (jamais élégamment) que pleurer :).


Avis :

Ottila a un problème avec l’alcool, un autre avec les hommes mariés et un autre avec sa famille dysfonctionnelle. Sans parler de son prénom qui sonne très reine des Huns, Fléau de Dieu, mais c’est un détail. La jeune femme, après une énième cuite qui donne envie à ses cheveux de s’auto-déraciner pour voir si c’est moins douloureux ainsi (oui, je me suis déjà posé cette question, et alors ?), décide de repartir à zéro, sur de bonnes bases. Dans ses priorités, trouver un nouvel homme (pas trop compliqué), le garder (ça se corse), arrêter l’alcool (sa vie n’a plus de sens…) et consigner son parcours dans un petit carnet, le livre du bonheur.

J’ai vraiment apprécié ce petit roman plein d’optimisme, dans la droite lignée des livres feel good tant à la mode en ce moment.
Plus qu’un roman, Le Putain d'énorme livre du bonheur qui va tout déchirer est un joyeux patchwork de mails, journal intime, entretiens avec un psy, captures d’écran d’appli ou de sms qui retracent le parcours d’Ottila dans sa renaissance. Car, au-delà du côté amusant de l’histoire, c’est bien de cela qu’il s’agit ; reprendre sa vie en main et se réinventer. La jeune femme est touchante dans ses faiblesses comme dans sa détermination, l’identification marche forcément car il y a forcément une Ottila dans toute personne essayant de prendre un nouveau départ. On explose de rire (littéralement) pendant la lecture, on est ému, on s’indigne, et les pages défilent sans que le lecteur s’en rende compte. L’ensemble est pourtant inégal dans sa pétillance (néologisme assumé) et j’aurais aimé qu’elle soit plus présente pour répondre davantage à mes attentes en matière de feel good. Malgré tout ce roman est un petit bonheur, à lire sans modération.
,5


4 commentaires:

  1. J'ai la possibilité de le lire gratuitement via NetGalley, mais j'ai du mal à franchir le pas. Est-ce le titre qui me bloque pour l'alcoolémie, je ne sais pas.
    Je crois que je vais encore réfléchir un peu avant de me lancer.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Le sujet est traité avec légèreté, ça ne plombe pas le truc :)

      Effacer
  2. Là encore, la mise en page assez riche du livre m'empêche de franchir le pas. C'est que je suis exigeante dis donc ;)

    RépondreEffacer
  3. Bah c'est plutôt marrant, ça change :)

    RépondreEffacer