Brèves de confinement #Semaine 4


Quatre semaines, et toujours pas de déconfinement à l’horizon, vivement lundi qu’on en  sache davantage. Non que je compte regarder notre bien-aimé monarque non-éclairé, je me contenterai du résumé. Que ceux qui en ont marre lève la main…

Superficiel et léger

Je trouve qu’on ne parle pas assez des problèmes existentiels. Comme par exemple la fermeture des salons de coiffure. Pour avoir une chevelure rebelle, à la Muriel Pénicaud si je ne fais rien, ou tout droit sortie des Saintes Chéries si je tente le brushing, je suis en souffrance avec une coupe actuelle qui mériterait d’être rafraîchie. Ma fille s’est gentiment proposée pour me couper les cheveux, et c’est vraiment adorable de sa part. À ce moment du récit, il est bon de préciser qu’elle est étudiante, certes brillante, mais en sociologie, pas en coiffure ! Je ne suis donc pas super chaude pour lui laisser mes boucles, d’autant que sa seule expérience dans ce domaine se résume à avoir fait une fois le contour de la nuque de son père, opération qui s’est soldée par une incursion de 10 cm à blanc sur l’arrière de la tête. Je me rappelle avoir beaucoup ri à l’époque (je ne suis pas une belle personne). Son père moins (il a toujours eu peu d’humour). Bref, je ne suis pas forcément pressée qu’elle mette sa menace à exécution égalise mes cheveux.
(Ma Chérie, si tu me lis, n’oublie pas ce que j’ai écrit dans le premier billet, je romance un peu tout ça et je grossis parfois un peu le trait. Et au pire si tu te rates, c’est pas grave, mes cheveux frisent, ça se verra moins ^^).

Ça marche aussi pour les sourcils qui retrouvent leur liberté (le look Frida Kahlo sera très à la mode d’ici quelques semaines, je le prédis) ou les faux ongles dont les capsules agonisent lentement…

Another Brick in the Wall

Un mur, c’est ce que j’envisage de construire au milieu de ma maison. Cette semaine marque un tournant dans l’équilibre construit jusque là avec mon colocataire de table à manger, puisqu’il continue à travailler et pas moi. Et là, c’est le drame. Lui veut du silence pour travailler, et moi je veux vivre, c’est-à-dire regarder Glee, à volume modéré bien entendu. Vous voyez le souci, call sur haut-parleur vs comédie musicale, une petite ambiance de duel au Far West, genre il n'y a pas assez de place pour nous deux dans cette ville … Bientôt sur vos écrans. Ou pas.

Eloge de la paresse

Quand j’étais en télétravail, je me disais qu’une fois en vacances j’aurais enfin le temps pour de grands projets : faire du sport, de la pâtisserie, coudre des masques, suivre des MOOC, me gaver de podcasts culturels, et la liste n’est pas exhaustive ! Et puis mes ambitions se sont confrontées à la réalité, je glande sur le net, suis accro à Bubble Shooter et je binge-watch Glee en tricotant et en sifflant des litres de thé (en journée du moins, mais on n’est pas là pour parler de mon alcoolisme mondain confiné).
Culture Club

Cette semaine, comme écrit précédemment, je me suis mise à Glee, la première saison est déjà envoyée ^^. Je glousse et me trémousse sur mon canapé, c’est LA série vraiment parfaite pour moi en ce moment, j’aime son optimisme et sa joie de vivre J’ai aussi regardé la dernière saison de La casa de Papel, toujours de gros problèmes de crédibilité, mais OSEF. Avec le coloc, on s’est lancés dans Designated Survivor, on est bien accrochés, même si là aussi la crédibilité est parfois partie en croisière, loin des scénaristes.
Côté lecture, Les hauts de Hurlevent m’attendent, mais j’ai opté pour Comment j’ai boycotté Noël de Julia Nole. Beaucoup moins profond et tourmenté, beaucoup plus léger et distrayant ^^
Comment ça va pour vous ?

Ben oui, moi aussi j’aimerais savoir comment se passe votre confinement. Vous supportez l’enfermement, le manque de vie sociale et votre famille ? Vous avez lu 60 livres en 4 semaines, appris le Tchèque ou la programmation sous Python ? Ou bien vous aussi vous vous la coulez douce ? (Pitié, faites que je ne sois pas la seule à glander…)

Ce week-end c’est Pâques, je compte sur vous pour y aller mollo sur le chocolat. Prenez soin de vous.

Commentaires

  1. Glee c'est tellement tellement tellement génial ! Contente de voir que tu survis tout de même ! Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas comment j'ai fait pour passer à côté ! Bon, par contre la tronche de l'homme après le premier épisode, quand le suivant se lance : mais c'est pas terminé, c'était pas un film ?! ^^

      Supprimer
  2. Eh bien effectivement au début je me suis lancée dans un "grand" ménage, enfin disons un peu plus que le minimum syndical habituel... j'ai donc fait les carreaux (j'ai 2 balcons avec chacun 3 portes fenêtres) et puis j'ai nettoyé les-dits balcons et puis ... je me suis calmée !!! Par contre je continue mon apprentissage de l'Irlandais (commencé 3 fois avec 3 méthodes différentes ) et je m'y maintiens !!! La méthode y est pour beaucoup car le gaélique est une langue bien chelou... (pour info c'est Duolingo, version gratuite sur l'ordi, l'appli n'est pas complète) .
    Et puis je brode, tricote (hop j'ai démarré un châle pour lequel j'ai acheté les pelotes il y a 3 ans..), j'avance aussi mes lectures pro et perso et séries .... Je vais avoir du mal à reprendre le boulot ....
    Bon courage pour les prochaines semaines !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je croyais avoir répondu mais mon message a disparu... Pourquoi le gaélique, Violaine est partie en Irlande ? Cela dit ça m'a traversé l'esprit, à la sortie d'Outlander, mais ça n'a pas été plus loin.

      Supprimer
  3. Je suis piégée dans un univers atemporel dans lequel je ne fais rien. Mais quand je dis rien, c'est RIEN. Je lis peu, voire pas, pareil pour le tricot. Au début du confinement je cuisinais beaucoup et maintenant que dalle. Je n'ai jamais autant glandé de ma vie. Je ne sais pas où passe le temps et j'ai renoncé à comprendre.
    À côté de moi tu sembles hyperactive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les enfants me harcèlent pour des Kannelbullar... J'ai envie d'en manger aussi, mais trop la flemme de les faire... Et pareil, le temps file à toute allure et j'ai l'impression de ne rien en faire.

      Supprimer
    2. Tu as tellement investi dans ces enfants ! Moi j'dis qu'ils pourraient faire les kannelbullar pour toi, ce ne serait que justice. (Et j'en veux aussi maintenant...)

      Supprimer
    3. Tu as raison que m'ont-ils apporté jusqu'ici, à part des vergetures et quelques moments vaguement sympas ?! Il est temps que ça change !!! ^^

      Supprimer
  4. Héhé :) Ayant les cheveux longs, j'avoue que côté coiffeur, c'est assez facile, je refais mon dégradé de quelques mèches et je coupe les pointes. 10 minutes rangement compris :D
    Glander c'est très important pour le moral donc tu fais bien de t'écouter. Pour La Casa de Papel, je trouve que les éléments surréalistes ont toujours marqué les différentes saisons. Je prends cette série comme un conte urbain et ça passe très bien ainsi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il faut prendre cette série comme un divertissement et ne pas s'appesantir sur ce qui cloche.

      Supprimer
  5. Bientôt on me verra plus derrière ma frange, j'ai ressorti mes petites barrettes roses d'y a 20 ans. Ce qui a profondément satisfait mon côté incapable de rien jeter et fan du "ça peut servir". Son cri de triomphe a raisonné très fort dans ma tête.
    Je télétravaille, mais je n'arrive pas à faire plus de choses que d'habitude. Mon rythme de lecture et de visionnage est aussi le même. Pourtant comme me l'a justement fait remarqué une collègue "tu sors plus et t'as plus de vie sociale, tu devrais avoir plus de temps". Je crois qu'il y a un trou noir chez moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi qui ne garde pas grand-chose j'aurais été bien en peine de retrouver une vieille barrette ! Ton rythme reste le même c'est déjà bien. Moi j'en fais encore moins :/

      Supprimer

Publier un commentaire