jeudi 24 juillet 2014

Métro Z, Fabien Clavel

Résumé :

Emma est excédée quand son métro reste bloqué à la station Châtelet. Déjà qu'elle doit s’occuper de Natan, son petit frère autiste... Quand une explosion retentit dans le wagon voisin, elle se rue, paniquée, dans les couloirs envahis par une épaisse fumée jaunâtre. Emma réalise que tous les accès sont condamnés et que Natan n’est plus avec elle ! Partant à sa recherche, elle observe le comportement étrange et terrifiant des autres passagers : indolents, marmonnant, les yeux dans le vague…


Avis :

Obligée de ramener Natan, son petit frère autiste, à leur domicile, Emma peste contre les lenteurs du métro, susceptibles de perturber l’enfant. Soudain c’est le chaos, l’explosion, les cris, la bousculade, Emma cherche à quitter cet enfer et s’aperçoit, dans un moment de lucidité, qu’elle a oublié son frère dans la rame. Commence alors pour elle un parcours du combattant pour le retrouver.

Voilà un petit livre sur les zombies qui m’a bien plu. Fabien Clavel propose une vision multifacettes et originale du zombie en jouant sur le terme même pour dénoncer nos propres comportements. En effet, quel lieu symbolise le mieux la zombification des masses que le métro (ok, il y a aussi la télé) où nous passons tous en mode automate, que ce soit pour arriver à destination ou en nous abîmant dans quelque écran que nous prenons soin d’avoir toujours sur nous. La catastrophe décrite dans le roman, l’explosion, pourrait avoir comme effet de réveiller les passagers, de les sortir de leur torpeur, mais il n’en est rien, on passe d’un état zombie à l’autre. Là où L’auteur est malin, c’est qu’on ne sait jamais quelle est vraiment la nature des zombies post-explosion : sommes-nous face à des morts-vivants classiques, à des victimes d’une attaque biologique qui aurait affecté leurs fonctions cognitives ou simplement à des gens en état de choc, plongés dans une sorte de transe ? Leur état est-il réversible ? Ce doute rend les décisions prises par les autorités encore plus révoltantes ; Fabien Clavel en profite pour égratigner au passage le gouvernement, l’armée, etc… c’est cadeau, et encore plus terrifiant car cela semble tellement possible… Au-delà de l’aspect thriller horrifique (rien de gore toutefois), Métro Z c’est aussi une belle histoire d’amour fraternel entre Emma et Natan, leur relation particulière m’a beaucoup touchée et qui est un plaidoyer pour le droit à la différence (enfin moi je l’ai interprété comme ça en tout cas).


Malgré son court nombre de pages, Métro Z est une œuvre complète et plus complexe qu’un simple zombie book. Fabien Clavel soulève pas mal de questions (je n’ai pas tout développé ici) et envisage la problématique zombie sous un nouvel angle. Et, bonus, on retrouve même Lana Blum, l’héroïne de Nuit blanche au lycée en guest star, ça permet de savoir ce qu’elle est devenue suite à la terrible nuit qu’elle a vécu, la boucle est bouclée.



4 commentaires:

  1. J'ai bien apprécié ma lecture moi aussi :) La plume est vive, l'action rondement menée... et en plus, il y a des zombies, que demander de plus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as lu l’Évangile Cannibale du même auteur ?

      Supprimer
  2. J'ai bien aimé moi aussi. Parfois des livres courts et complets ça fait du bien. Ça change des sagas qui n'en finissent pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair qu'en ce moment j'ai envie de one shot, je suis gavée des séries à rallonge (que je ne continue même plus à force).

      Supprimer