vendredi 19 décembre 2014

Ado blues, Michel Piquemal et Jacques Azam

Résumé :

Pourquoi je ne me reconnais plus ?
Comment supporter ma famille ?
Qu'est-ce qui m'attend au collège ?
C'est quoi cette colère ?
Et l'amour ?
Le livre qui aide les ados à surmonter doutes, craintes et idées noires !
À l'adolescence, on doute de tout, de soi, des autres, des parents. Rien de plus normal, à l'âge où tout change en soi et autour de soi. Entre les copains, le corps qui se transforme, la vie au lycée et la volonté d'indépendance, c'est pas toujours simple d'être un ado !
Ce livre examine avec précision et humour des sujets de préoccupation quotidiens et propose conseils, astuces et solutions simples à des situations souvent compliquées.


Avis :

Les ados, leur vie, leur œuvre… Ado blues s’adresse d’abord à eux, les 10-16 ans (voire plus, la fourchette est indicative) et les aide à appréhender les changements qui s’opèrent dans leur vie. Changements physiques, de rythme ou d’idées, baisses de moral, remise en cause des parents et de leur autorité, tout y passe sur un ton sérieux, mais qui s’efforce de dédramatiser tous ces tourments que vivent nos têtes blondes lors de cette transition délicate vers l’âge adulte. Rien de révolutionnaire dans le contenu, mais, même si les parents dialoguent beaucoup avec leurs enfants, ces derniers peuvent se montrer sceptiques quant à la parole de leurs aînés et trouver réconfortant de voir qu’un livre leur dit la même chose. Pour les parents, ça permet aussi d’enfoncer le clou (« tu vois Choupi, tu te trouves moche, mais tous les ados passent par-là, essaye de positiver » ou « tu vois Choupi, le livre dit que les règles qu’on t’impose sont nécessaires à ta construction, alors arrête de chipoter sur tout »). Ce qui est sympa dans ce petit livre, c’est qu’en s’adressant aux ados, il leur demande aussi d’être indulgents par rapport à leurs parents qui peuvent, eux aussi, ne pas toujours savoir comment se situer, tiraillés entre l’envie d’aider leur enfant et la nostalgie d’une complicité qu’ils n’ont plus, ou pas de la même manière.

Alors, bien entendu, Ado blues ne va pas résoudre les problèmes d’un coup de baguette magique, mais devrait permettre d’affronter (oui, c’est un combat quotidien !) l’adolescence un peu mieux armé…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire