lundi 23 février 2015

Lost : Fiction vitale, Sarah Hatchuel

Résumé :

Lost n’est pas seulement l'histoire d'un avion qui s'écrase sur une île (pas si) déserte.
Phénomènes surnaturels, retours dans le passé, bonds dans l'avenir, voyages dans le temps : fresque épique et tragique de 121 épisodes, Lost nous fait vivre la désorientation de ses personnages, met au défi notre compréhension et invite aux visionnages répétés et à l'interprétation en continu. Elle pense notre rapport à autrui, au temps, à la vérité, à la croyance et à la fiction.
Cet ouvrage explore comment la série réconcilie postmodernisme et sincérité, distance critique et émotion pure, visions du monde multiples et expérience universelle de vie et de mort. Série de coïncidences, de miracles et de retrouvailles, fiction vitale qui relie et se relit, Lost a tout simplement révolutionné la construction narrative télévisuelle.



Avis :

Quand Lost débarque sur mon petit écran (un samedi soir sur TF1 pour plus de précision, la date exacte m’échappe), je reste scotchée par cette série qui ne ressemble à aucune autre. Et comme aucune autre, Lost m’aura fait me triturer les méninges à m’en faire saigner les neurones (si si). Quand vient le dernier épisode, après le WTF de circonstance, j’ai continué à décortiquer les six saisons, à essayer de comprendre le pourquoi du comment (et le pourquoi tout court). J’ai épluché tous les sites, tous les forums de discussion à la recherche d’une explication qui ferait consensus, en vain. Avec Lost : Fiction vitale, j’espérais avoir un autre éclairage sur cette série culte.

Cet essai est publié aux Presses universitaires de France (PUF), donc autant dire que c’est du sérieux, c’est pas des branquignoles là-bas ! Mon avis est au final mitigé. J’ai lu beaucoup de choses intéressantes (que j’adhère ou non à celles-ci), mais aussi pas mal de masturbation intellectuelle (sérieux, les auteurs de la série poussaient aussi loin l’analyse de leur œuvre lors de la création ??). L’auteur prend un parti pris radical et met beaucoup d’enjeux dans Lost, que ce soit d’un point de vue spirituel, historique ou politique. C’est un peu comme les commentaires composés au lycée, je reste sceptique sur ce type d’analyse dans laquelle on semble affirmer que l’interprétation que l’on donne de l’œuvre est la vérité et non une hypothèse de lecture. Mais, malgré un style un peu pompeux (mais j’ai appris de nouveaux mots comme analepse, prolepse, anamnèse et flash-sideway), cette lecture est vraiment intéressante pour comprendre certaines choses et ravira les fans de la série. Et maintenant j’ai envie de me refaire l’intégrale des six saisons…

2 commentaires:

  1. En arrêt et devant restée couchée (sans pouvoir lire - migraines !) je me suis tournée vers les séries (pas trop long, pas trop dur à suivre, enfin, je croyais...)
    Et pour ne pas me prendre la tête, qu'est-ce que je choisis comme série ? Lost.
    J'en suis à la moitié de la saison 2 et à chaque nouvel épisode, je me pose 50 000 questions ! Ils sont morts ? Ils rêvent ? Ils sont dans un autre espace-temps ? Bref, pour la tranquillité d'esprit, c'est raté ! Et j'apprends ici que l'on n'a même pas le fin mot de l'histoire à la fin ?? Alors là, c'est du sadisme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, alors Lost c'est pas vraiment la série avec laquelle tu peux reposer tes neurones. Ne t'inquiète pas, il y a un fin mot à l'histoire, après c'est juste une question d'interprétation ;)

      Supprimer