vendredi 13 mars 2015

Le Pensionnat de Mlle Géraldine T1 - Etiquette & espionnage, Gail Carriger

Résumé :

C'est une chose que d'apprendre à faire une révérence comme il faut.
C'en est une autre que d'apprendre à la faire en lançant un couteau
Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.
Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.
Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.



Avis :


J’attendais beaucoup de ce roman young adult qui se déroule quelques années avant Le Protectorat de l’ombrelle, tout en gardant le même esprit. Au final, je suis un peu déçue. L’histoire en elle-même est sympathique, Sophronia est une jeune fille très « attachiante » qu’il est facile d’aimer et qui nous emporte dans un tourbillon d’action. Son arrivée dans ce pensionnat est un beau pied-de-nez à sa mère et j’ai beaucoup aimé l’ironie de la situation. En revanche, j’ai bloqué sur le style d’écriture, ou la traduction, je ne sais pas, que j’ai trouvé trop familier, en décalage avec l’atmosphère qui se dégage du background du roman. Il s’agit bien entendu d’un roman destiné à un public adolescent, j’en conviens, mais pour autant je ne suis pas sûre que le langage utilisé à certains moments soit vraiment nécessaire. C’est donc un bilan en demi-teinte pour ce premier tome du Pensionnat de Mlle Géraldine, attendons de voir ce que nous réserve la suite.




1 commentaire:

  1. Je l'ai lu récemment et chroniqué la semaine dernière, c'est marrant :) J'ai été déçue aussi... pour moi le style d'écriture (ou de traduction) a été simplifié. Du coup, il perd du charme et du pep's qu'on lui a connu sur le Protectorat de l'ombrelle.

    RépondreSupprimer