jeudi 30 avril 2015

Apocalypse Z T1 - Le début de la fin, Manel Loureiro

Résumé :

Un mystérieux incident dans le Caucase et un entrefilet dans les informations locales, voilà le seul avertissement de l’humanité annonçant la fin de notre civilisation. Un virus mortel ravage pays après pays, ne laissant derrière lui que des cadavres animés, coincés entre la vie et la mort. En Espagne, un avocat décide de tenir un blog pour évacuer la douleur de la perte de sa femme. Il ne peut savoir que ses écrits seront les dernières archives de l’humanité.



Avis :

J’ai péché, j’expie, aïe (cf. de Villiers dans Les Guignols, fin XXe siècle). Je l’avoue, je n’étais pas très inspirée par cette vague d’auteurs espagnols à la sauce zombie. Je sais, ce n’est pas bien les préjugés, mais j’ai tendance à croire que les Américains sont les maîtres du genre. Mais, avec Manel Loureiro, le zombie espagnol m’a prouvé qu’il était bon (enfin c’est une question de point de vue, on se comprend quoi).

Le personnage que nous allons suivre dans cette apocalypse zombie est un avocat espagnol qui ne se remet pas du décès de sa femme et tient un blog en guise de thérapie, histoire de parler à quelqu’un. Quand un mystérieux virus apparaît dans la région du Caucase, il va suivre le début de l’épidémie, d’abord de loin, puis de plus en plus près au fur et à mesure que le virus fait des ravages.

Avec cet anti-héros accro à son chat Lucullus, on ne peut pas dire que l’auteur partait gagnant. Comment allait-il pouvoir s’en sortir physiquement, sans compter sa fragilité psychologique ? C’est dans les moments les plus difficiles que l’homme se révèle et notre héros va le prouver. Comme dans tout zombie book, le danger vient autant des morts-vivants que des rescapés et c’est à tout cela que notre homme va devoir survivre. L’auteur prend son temps pour planter le décor, faisant par la même occasion monter la tension, j’étais pas mal stressée pendant ma lecture. Les descriptions sont sanguinolentes à souhait, voire écœurantes. Autant je peux regarder The Walking Dead sans ciller, autant à la mention de cloques purulentes et autres pus dégoulinants je fais moins la fière (bon appétit si vous êtes à table). L’action est aussi au rendez-vous, toujours avec cette tension qui est présente tout du long.

Manel Loureiro a su me convaincre, c’est avec plaisir que je poursuivrai l’aventure.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire