mercredi 3 juin 2015

Bleu Saphir - Le film



Résumé :

Le jour de ses 16 ans, Gwendolyn s'est découvert un don extraordinaire: le pouvoir de voyager dans le temps. Aux côtés de son équipier Gideon, elle accomplit des missions pour le compte des Veilleurs, une société secrète qui fouille le passé depuis des siècles. On raconte en effet qu'une fois le sang de tous les voyageurs du temps collecté, un immense pouvoir viendra guérir les maux de l'humanité. Mais est-ce la vérité ? Après avoir frôlé la mort dans des circonstances mystérieuses, Gwen décide d'enquêter sur les véritables intentions de ses "protecteurs".

  
Avis :

Oui, je sais, dans mon avis sur Rouge Rubis, j’avais dit que je ne regarderais pas la suite… Mais voilà, la faute au challenge RVLF et à ma peur de finir au niveau Biff Tannen, je me suis infligée ce film qui m’a plongée dans un profond ennui.

Commençons par les points positifs, car, oui, il y en a. De notables améliorations ont été apportées à cette suite, à commencer par la coupe de cheveux de Gideon. Moins conforme au livre (du moins au premier opus, puisque je n’ai pas été plus loin), le personnage gagne en charme et perd en ridicule. Côté costumes aussi, c’est plus joli et ça paraît mieux fini, même sur Gwendoline on n’a plus l’impression qu’ils ont été achetés à la Foir’fouille (peut-être ont-ils été adaptés à la morphologie des acteurs, c’était, de mon point de vue, une piste à ne pas négliger). Enfin, côté décors, je n’ai pas eu  cette impression que certains avaient été fabriqués par une classe de 4ème en technologie. On progresse mes amis, on progresse.

Il y a ces points positifs, et puis il y a le reste. Tour à tour ridicule, mièvre ou cucul la praline, Bleu Saphir s’adresse à un public peu exigeant et/ou aux fans absolus de la série livresque. Gwendoline est toujours aussi peu douée, mais impulsive et bornée, et toujours prête à faire des galipettes avec le beau Gideon, alors que le bellâtre ne cesse de la comparer à Charlotte, et pas en sa faveur. Une Katniss lui aurait fait bouffer sa perruque poudrée, Gwendoline, elle, enlève son haut (si elle s’arrête là c’est que quelqu’un ou quelque chose interrompt leurs petits jeux, sans cela elle aurait depuis longtemps perdu sa virginité. Sûrement pendant que Gideon crierait le prénom de Charlotte et que Gwen sourirait d’un petit air contrit. Bref.). Les personnages sont très manichéens, le comte de Saint Germain est vraiment vilain méchant, Gwendoline est vraiment gentille et pure (hum), les veilleurs sont des gens étranges très mystérieux et Paul et Lucie sont gentils bienveillants. Au secours. Sous prétexte que le film s’adresse à des adolescents, l’héroïne est gnangnan maladroite, godiche un peu crétine mais tellement attachante (ou pas), tandis que le beau héros est… beau, et… et c’est à peu près tout. Ah non, il se la joue aussi possessif et mystérieux, ce qui ajoute à son charme (ou pas).
L’intrigue principale est diluée au profit des errements des deux adolescents, sûrement mus par leurs hormones en folie. On saute dans le temps comme on enfile sa culotte le matin, sans forcément beaucoup d’intérêt, à part prouver que Gwendoline est une godiche quelle que soit l’époque. Par exemple se donner rendez-vous en 1955, pour s’expliquer sur un quiproquo, est complètement inutile, mais bon, ça fait voyager dans le temps, et c’est trop cool lolilol.

Ce film est clairement formaté pour un jeune public, avec des codes qui m’échappent complètement. Les protagonistes sont totalement immatures et se montent la tête pour pas grand-chose, au détriment du reste, notamment le complot, ce qui pouvait intéresser le spectateur qui a dépassé l’âge limite de visionnage. Cela dit, personnellement je pense que, passé douze ans, beaucoup vont s’ennuyer et facepalmer devant l’écran, avec risque de dommages cérébraux à chaque passage de la gargouille volante, qui a un tel humour qu’elle ferait passer les blagues Carambar pour un traité de philosophie. On ne m’y reprendra pas, cette fois c’est sûr.



4 commentaires:

  1. Ta chronique m'a bien fait rire.
    Mais quand je pense que j'ai les livres à lire, bizarrement je ris beaucoup moins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Na mais les livres, enfin le premier en tout cas, sont mieux ^^

      Supprimer
  2. Aaaah, j'adore ton article! (lolilooool)
    Et j'irai pas voir ce film!! (t'façon j'ai pas vu le premier, je savais même pas qu'ils en avaient fait des films...)

    RépondreSupprimer