lundi 3 août 2015

L'épopée du perroquet, Kerry Reichs

Résumé :

" En voiture ! N'oublie pas l'oiseau ! " Avec cette sage recommandation d'Oliver, le perroquet, le signal du départ est donné. Car rien ne retient plus Maeve, 25 ans, qui vient de perdre son boulot et le soutien financier de ses parents. Au volant de sa vieille guimbarde, le bavard volatile à ses côtés, la voilà partie pour Hollywood, la ville de tous les rêves. Un voyage vers un nouveau destin qui prend fin bien vite, dans un grand soupir de moteur, au beau milieu d'une ville perdue du fin fond de l'Arizona... Une petite bourgade certes, mais qui recèle bien des charmes, comme Maeve va le découvrir le temps de changer quelques pièces importantes de sa voiture... et, peut-être, de sa vie ?



Avis :

Maeve est une jeune femme qui manque un peu – beaucoup – de chance. Partie acheter des bottes et retardée à l’insu de son plein gré, elle va se voir, le même jour, remerciée par son employeur et lâchée par ses parents. C’en est trop, Maeve va tenter l’aventure, à elle Los Angeles et la carrière d’actrice !

L’épopée du perroquet fait partie de ses livres qui remontent le moral et font du bien à l’âme. Si ce roman m’était totalement inconnu il y a encore quelques mois, l’enthousiasme avec lequel Cassiopée en parle m’a vite convaincue, et je ne le regrette pas du tout, au contraire. Ce road trip à travers les États-Unis ressemble à la fuite en avant d’une jeune adulte perdue, à la recherche de qui elle est vraiment. Et, finalement, elle trouvera bien plus que ça. Maeve est très attachante, le lecteur l’aime de plus en plus au fil des pages, quand il apprend à la connaître. Ainsi, ses joies et ses peines deviennent les nôtres, on rit, on pleure, on espère avec elle, en espérant que la vie lui soit dorénavant clémente. Certains pourraient reprocher certaines facilités, certes, le roman de Kerry Reichs n’est pas de la grande littérature, c’est sûr, mais il fait un bien fou et c’est juste que je lui demande !


Retrouvez l’avis de Cassiopée ici.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire