vendredi 2 octobre 2015

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee

Résumé :

Dans une petite ville d’Alabama, à l’époque de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Avocat intègre et rigoureux, il est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis –, connut un tel succès.



Avis :

Fin des années 30, sud des États-Unis. La fin de la Guerre de Sécession n’est pas si loin et les préjugés raciaux et religieux sont toujours bien présents. Les noirs sont ici des nègres et doivent rester à leur place. Dans ce contexte, quand Atticus Finch, avocat blanc, décide de prendre la défense d’un homme de couleur, le voilà bien vite stigmatisé, tout comme sa famille. C’est dans cette période troublée que nous suivons la petite Scout Finch, perdue entre ce qu’elle entend de son père, les valeurs qu’il essaye de lui inculquer et les préoccupations de son âge.


Roman initiatique par excellence, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est un concentré d’intelligence et de tolérance. L’histoire est vue à travers les yeux de la jeune Scout qui apporte fraîcheur et candeur au propos pourtant sérieux et grave. Le rythme est lent, le lecteur ressent la chaleur de l’Alabama et l’ambiance particulière propre à l’époque. Les évènements qui surviennent marquent le lecteur autant que Scout et son frère. Entre haine et méfiance, le roman est surtout une belle leçon d’humanité, qui a hélas toujours un écho de nos jours. La seule petite chose qui m’a manquée est sur la forme : j’attendais un roman coup de poing à la Steinbeck, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur prend une forme plutôt douce-amère pour illustrer son message. Si l’on élimine ce détail, ce roman est à mettre entre toutes les mains dès 12/14 ans (selon la maturité de l’enfant bien entendu).


2 commentaires: