vendredi 9 octobre 2015

Red Hill, Jamie McGuire

Résumé :

Scarlet est divorcée et mère de deux petites filles. Les élever seule est un combat quotidien qu'elle mène avec ténacité.
Marié depuis plusieurs années à une femme de plus en plus distante, Nathan n'a qu'un vague souvenir de ce qu'est l'amour. En revanche, sa petite Zoe le comble de bonheur tous les jours.
Miranda, elle, n'a qu'une préoccupation : l'organisation d'un week-end à la campagne avec sa sœur Ashley et leurs copains respectifs.
Lorsque leur monde s'effondre, ces personnages ordinaires vont devoir affronter l'extraordinaire. Il leur faudra prendre en main leur destin pour avoir une chance de survie. Mais qu'arrive-t-il quand ceux pour qui vous êtes prêt à mourir sont aussi ceux qui peuvent vous détruire...?



Avis :

L’apocalypse zombie est en route (enfin ! ─ Je plaisante hein) et nous allons découvrir le sort d’une poignée de survivants dans ce chaos aux accents de fin du monde. Scarlet, manipulatrice radio qui ne vit que pour ses filles, Miranda, Ashley et leurs fiancés en route pour un week-end familial, ainsi que Nathan, jeune papa solitaire au sein de sa propre famille vont se croiser au rythme des chapitres qui leurs sont consacrés. Tous n’ont qu’un but : survivre et mettre leurs proches en sécurité. Leurs destins vont se croiser dans ce monde où les vivants sont de moins en moins nombreux…


Je n’avais pas aimé Beautiful Disaster, mais j’aime trop le post-apocalyptique pour passer à côté de Red Hill, même si je n’en attendais pas grand-chose au final. Excellente surprise, j’ai adoré ma lecture. On assiste au début de l’épidémie, à l’inquiétude des personnages qui se mue en certitudes, à leurs changements d’attitude quand ils se rendent compte que les zombies n’existent plus seulement dans l’imaginaire d’auteurs ou de scénaristes. Jamie McGuire propose des personnages auxquels on s’attache très rapidement (ok, pas Ashley) et dont on va suivre la progression la boule au ventre. Car, dans ce monde où la donne a changé, nul n’est à l’abri d’un coup de dents inopportun ou d’un fondu de la gâchette. Néanmoins, au milieu de l’horreur, la romance prend une petite part, apportant un peu de légèreté à ce désastre. Idem avec la petite Zoe, pleine de fraîcheur, qui fait autant de bien aux personnages qu’au lecteur. Le style de l’auteur est très fluide, les pages se tournent à toute allure, on ne s’ennuie pas un instant. L’intrigue réserve quelques facilités mais on passe outre sans problème. La fin est doublement surprenante et je n’ai maintenant qu’une envie : lire la suite !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire