mardi 17 novembre 2015

The Walking Dead T5 - L'ère du prédicateur, Robert Kirkman

Résumé :

Woodbury renaît peu à peu après la chute du Gouverneur, le tyrannique Philip Blake, et Lilly Caul est devenue, un peu malgré elle, la chef de file des survivants. La ville tente de se reconstruire, mais une horde de zombies approche. Ils sont des centaines, des milliers peut-être. Lilly et les habitants assiégés unissent leurs forces à une mystérieuse secte religieuse menée par un énigmatique prédicateur, Jeremiah. Parviendront-ils à se défendre ?



Avis :

Je pensais que la chute du Gouverneur et le recentrage sur Lilly Caul allaient donner une nouvelle dynamique à la série de romans, mais ce n’est finalement pas si évident.

La reconstruction de Woodbury est au centre des préoccupations de la petite communauté. Il s’agit aussi de soigner ses plaies, physiques et psychologiques, après la mort du tyran dément. Lilly rêve de démocratie, veut effacer les atrocités commises et rien n’est simple. Woodbury a besoin de nouveaux habitants pour se renforcer, mais accueillir de nouvelles personnes recèle aussi une grosse part d’incertitudes et de danger. Dans ce mode où les humains sont parfois plus dangereux que les zombies, à qui se fier ?

L’ère du prédicateur est une lecture sympa, mais pas de quoi tenter le triple salto arrière. J’ai trouvé le rythme très mou, on voit tout arriver à quinze kilomètres, le suspense est inexistant. Ce n’est pas désagréable à lire, mais ça manque gravement de tension. Et pour un livre zombiesque, ne pas être un minimum angoissant ou oppressant, c’est que quelque chose a été raté.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire