vendredi 23 juin 2017

The Effigies T1 - Les flammes du destin, Sarah Raughley

Résumé :

« Je m’appelle Maia Finley, j’ai seize ans et je suis la nouvelle Effigie. » Depuis quelques jours, Maia se répète ces mots en boucle, sans oser les prononcer à voix haute. Car à la minute où le monde l’apprendra, sa vie basculera. Elle deviendra une véritable célébrité, ses fans boiront la moindre de ses paroles… et son espérance de vie chutera drastiquement.
C’est que les Effigies, ces jeunes femmes dotées chacune d’un pouvoir unique lié aux quatre éléments, ne sont pas là par hasard : elles doivent protéger l’humanité des Spectres – des créatures de cauchemar – mélange de chair pourrissante et de ténèbres, qui la terrorisent depuis maintenant près d’une centaine d’années. À la mort de chaque Effigie, ses capacités, ainsi que la somme de ses souvenirs, se transmettent à son héritière choisie au hasard quelque part sur la planète…


Avis :

Dans un mode alternatif aux nôtre, l’humanité est la proie des Spectres, dont le seul but est de faire un maximum de victimes. Seul rempart, les Effigies, quatre jeunes filles aux dons issus des quatre éléments, pouvant repousser ces ennemis impitoyables. Quand l’une d’elle meurt, le don se transmet à une autre jeune fille et c’est ainsi que Maia Finley, seize ans, va devenir une de celles qu’elle idolâtre. Car, il faut le savoir, les Effigies font l’objet d’une véritable fascination parmi la population, l’une d’elle étant même une pop star. Maia va découvrir l’envers du décor et des éléments très troublants : si les Spectres étaient en fait manipulés ?

Dès le premier chapitre, Sarah Raughley plonge le lecteur en plein chaos dans cet univers bien particulier qu’elle a construit, et donne le ton. Pas de temps mort, de l’action et un background à décrypter tandis que le train est déjà en marche. Au final, il est assez facile de mettre les protagonistes et les enjeux en place, tout est fait pour donner les clefs au fil des pages. La science-fiction cohabite ici avec un côté un peu girly dans les premières pages, le côté groupie de Maia laissant craindre le pire. Heureusement, cette phase ne dure pas et le rythme accélère encore tandis que l’intrigue se recentre sur l’essentiel. Les personnages sont un peu survolés, difficile de s’attacher à certains, de comprendre les motivations ou l’absence de réaction d’autres. Ce premier tome est introductif, l’accent est mis sur la construction d’univers, mais ça manque un peu de relief ailleurs, ce qui m’a un peu gênée. La narration est vive et résolument moderne, l’auteur a su incorporer à son intrigue beaucoup de codes adolescents qui plairont à ces derniers. L’ensemble se lit plutôt bien, à voir ce que réservera la suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire