lundi 10 juillet 2017

Kate Daniels T6 - Magic Rises, Ilona Andrews

Résumé :

Mercenary Kate Daniels and her mate, Curran, the Beast Lord, are struggling to solve a heartbreaking crisis. Unable to control their beasts, many of the Pack’s shapeshifting children fail to survive to adulthood. While there is a medicine that can help, the secret to its making is closely guarded by the European packs, and there’s little available in Atlanta.
Kate can’t bear to watch innocents suffer, but the solution she and Curran have found threatens to be even more painful. The European shapeshifters who once outmaneuvered the Beast Lord have asked him to arbitrate a dispute—and they’ll pay him in medicine. With the young people’s survival and the Pack’s future at stake, Kate and Curran know they must accept the offer—but they have little doubt that they’re heading straight into a trap…


Avis :

Alors que deux adolescentes de la meute tournent wolf, un marché est proposé à Curran : protéger une princesse enceinte et faire régner l’ordre entre trois meutes européennes, ayant chacune un intérêt divergent vis-à-vis des futurs bébés, le temps que la grossesse soit menée à terme. En contrepartie, de la panacée à foison, le seul remède contre le wolfisme. Pourtant conscients de foncer tête baissée dans un piège, Curran, Kate et quelques piliers de la meute vont prendre la mer et honorer leur part du marché.

Ce sixième tome joue à fond la carte de l’ascenseur émotionnel (je déteste cette expression, utilisée à tort et à travers par les gens de la télé-réalité — ça et le fameux « je vais donner le meilleur de moi-même » — bref, passons – mais je la trouve tout à fait adaptée en l’espèce). Le lecteur sait que nos héros se dirigent droit dans un piège, mais les ressorts du piège et les motivations du marionnettiste sont une vraie surprise. Les auteurs ont plus d’un tour dans leur sac et d’un as dans leur manche, le lecteur va de rebondissement en retournement de situation. Kate doit gérer ce qu’elle avait juré de ne jamais éprouver — des sentiments — et se rend compte que ses amis sont sa faiblesse. Son personnage montre ses failles dans cet opus, entraînée à tuer elle se rend compte qu’éprouver des sentiments complique tout, mais que vivre sans n’est pas une solution. Nous découvrons de nouveaux personnages comme l’allumé et charmant Christopher, retrouvons certains que nous avions perdu de vue dans le roman précédent, mais qui sont plus déterminés que jamais et, cette fois, Ilona Andrews ne ménage pas ses personnages : j’ai dû prétendre avoir une poussière dans l’œil pour justifier les larmes qui me montaient aux yeux. Magic Rises prouve une nouvelle fois que la qualité de cette série ne faiblit pas avec le temps, vite la suite.

4 commentaires: