It's a Sin [Série]

Synopsis
 :

Ritchie, Roscoe et Colin débarquent à Londres en 1981. Les jeunes hommes vont commencer leur vie d'adulte avec un virus nouveau qui se propage dans la communauté gay. C’est l’histoire de leurs amis, de leurs amants et de leurs familles.

 
Avis :
 
Franchement, sans l'émission Une heure en séries sur France inter et ses avis dithyrambiques, je n'aurais pas regardé cette série dont la bande annonce m'avait laissée de marbre. Ce qui eût été une grossière erreur.
 
On rembobine. Nous voilà projetés en 1981 au Royaume-Uni. Margaret Thatcher est au pouvoir et avec elle le conservatisme bon teint. Sur fond de pop anglaise (la bande son est un pur délice de pop anglaise entêtante 80's) et dans l'exubérance de la jeunesse, It's a sin raconte l'histoire de l'explosion du Sida à travers la vie d'une bande de potes au sein de la communauté gay de Londres. Ritchie, Roscoe, Colin aka Gladys, Ash et Jill vont traverser cette époque entre new wave, soirées débridées, insouciance, besoin de liberté, espoirs et détresse, et ainsi livrer un témoignage sans fard de cette époque où l'ignorance le disputait à la bêtise et à la peur face à ce virus inconnu qu'était le Sida.
 
Sur les 10 ans que couvre la série, on s'attache énormément aux personnages, on rit, on pleure (trop), cinq épisodes avec eux c'est bien trop court, mais le format est percutant. La mise en opposition de cette jeunesse pleine de projets et de soif de vivre et de cette maladie dont personne ne savait rien, mais qui allait semer la mort sur son passage, est d'autant plus glaçante. La série aborde le déni de la maladie, la méfiance, l'inaction des politiques (ça ne touche que les gays, alors…), la peur, la honte, le militantisme, la haine ou le courage, de la société ou des proches.
Russel T Davies, dont j'avais déjà adoré le Years and Years, livre ici un portait sincère, juste et bouleversant, de cette folle décennie. Entre homophobie ordinaire et humanisme, portée par des acteurs époustouflants et parfaits chacun dans leur rôle, dont la touchante Lydia West dans le rôle de la dévouée Jill Baxter, cette œuvre chorale réussit à décrire avec beaucoup de sensibilité et sans jamais verser dans le vulgaire cette génération sacrifiée dans l'indifférence générale.
 
It's a sin est une série nécessaire, pour se souvenir (comme moi) de cette période toute en nuances où une génération entière a découvert la sexualité dans la peur de la contamination, ou pour découvrir (comme mes enfants) les débuts de la maladie et l'ambiance délétère dans la société face à elle, oscillant entre déni, châtiment divin ou théories du complot. Parce que le Sida tue toujours, l'homophobie aussi, que 30 ans plus tard beaucoup de choses ont changé, mais d'autres, hélas, non.
 
5/5
 
It's a Sin de Russel T Davies disponible sur Canal+

Commentaires

Publier un commentaire